Spirou et Fantasio – Tome 53


Ah, La BD Franco-Belge, si feignante, si enfantine… Du moins pour le côté populaire. Tout jeune, j’ai été bercé par du Tintin, du Astérix et aussi par du Spirou. Ce dernier à toujours été mon préféré. Mais attention pas n’importe lesquels ! Ceux de Tome & Janry, précisément. Parce qu’ils ont toujours su donner du dynamisme à la série, avec des personnages modernes et bien écrit. Les approfondissant avec soin et contant des aventures fraîches et dépaysantes. Seulement voilà, coup de théâtre après leur dernier épisode « Machine qui rêve » volume 46, les deux auteurs sont évincés de la série ! Trop ambitieux, trop mature selon Dupuis. Voilà comment récompense t’on l’audace et la créativité dans cette industrie Franco-Belge. Bravo à eux, et malheureusement pour nous s’en suit  un tome 47 absolument infecte qui m’obligera à ne plus lire Spirou…

Pourtant, comme par nostalgie de mon enfance, en passant par le rayon BD, la couverture d’un nouveau Spirou m’attire plus que de raison. Victime de l’achat compulsif de notre magnifique société, je me précipite dessus, juste au cas ou.
Emballé c’est pesé, 30 min sera le temps grand max nécéssaire à la lecture de ce tome.
Ce n’est pas tellement la faute à ses auteurs en particuliers (ici Yoann & Vehlmann), mais plutôt ce que je reproche à l’industrie de la BD Franco-Belge : Un volume par an, voir tout les deux ans, là ou dans d’autre pays les séries courantes sortent un épisode toutes les semaines sans temps mort ! Suivez mon regard…
Je justifie donc mon attaque du premier paragraphe « si feignante ».

« Dans les griffes de la vipère » est le titre de cet album totalement décevant. A vrai dire je n’en attendais pas moins, mais j’espérais un brillant retour… En vain ! L’histoire est un cliché ambulant :
Le journal du Spirou, en dérive avec une affaire en justice, se fait racheter par un milliardaire. Mais que cache véritablement se rachat ?
Je vous la raconte vite fait, parce que ça n’a que peu d’intérêt. Sachez seulement que le scénario se prend les pieds dans des thèmes tels que le capitalisme, le lobbyisme, la crise de la presse papier, les paradis fiscaux entre autres. Des thèmes intéressant cela dit, mais abordés sur un ton simpliste, parce que je sens bien que cet album s’adresse à nos chères têtes blondes. M.Vehlmann, quitte à faire un album tout public, écrivez une histoire d’aventure haletante et colorée plutôt que de tomber dans l’embarra à expliquer des thèmes complexes qui méritent bien plus de consistance dans l’écriture et qui devraient plutôt viser un public adulte…
Je justifie donc mon attaque du premier paragraphe « si enfantine ».

Nous sommes très loin des histoires exotiques et passionnantes de Tome & Janry. Ils savaient écrire des histoires tout public en sachant être mature ou il fallait. En sommes, il y avait deux niveaux de lectures dans leurs albums, ce qui manque tout bonnement dans ce Spirou. En ce qui concerne le dessin, Yoann se rapproche énormément de l’époque Tome & Janry, sans en avoir ce grain de sel qui fait la différence. Je ne suis pas plus emballé que ça. Mais je dois reconnaître, par contre, que les couleurs sont magnifiques.

Encore une fois me voilà déçu…
Je n’attendrais donc pas le prochain volume. En espérant voir une passation de la série à des auteurs plus à même de reprendre du Spirou et Fantasio. En attendant, je noie mon chagrin dans le « petit Spirou » toujours produit par Tome et Janry, tout en me remémorant les incroyables aventures qu’ils ont contés dans leur albums de l’époque…

Un album d’anthologie, le dernier par Tome & Janry
« La vallée des bannis », mon Spirou favoris. Qui traite de la folie. L’un des rare Spirou qui ne s’adresse pas tellement aux enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s