Watchmen, le monument !

Il était temps que je m’y plonge. Ça y’est, c’est fait !
Loin de moi l’idée d’en faire une critique, Watchmen est un monument artistique qui dépasse ma capacité à analyser quoi que ce soit. Mais je partage mon sentiment. Ça  j’ai le droit. Du comic au film, j’ai tout pris dans la gueule en moins d’une semaine.

Imaginez un monde ou les héros et super-héros existent réellement.
Que se passerait il dans nos vies ? La politique en serait elle profondément changée ? Nos lois seraient elles différentes ? Comment se comporteraient les gens dans la vie, la vrai ? Serions nous renforcés ou affaiblis ? Est ce que notre histoire aurait eu une version différente ? La seconde guerre mondiale, la guerre du Vietnam et la bonne vieille guerre froide. Les rouges, les USA, tout çà… Serions nous encore là d’ailleurs ?
Sans en être les questions exclusives de l’histoire de Watchmen, cette oeuvre donne sa version de possibles réponses à ces questionnements. Alan Moore et Dave Gibbons essaye d’y apporter un semblant de réponse en tout cas. Est ce utile ? non. Mais fascinant, ça c’est sur. Surtout pour des rêveurs comme moi qui, plongés dans des univers et multivers depuis longtemps, sont friand de ce genres de questions.

Superman, Batman et les autres sont des idéalistes. Leurs quête au travers des comics le prouvent. Dans la vie la vrai, et selon Watchmen, nos justiciers ressembleraient plus à des extrémistes expéditifs. Difficiles de croire le contraire. Certains sont presque nazi sur les bords, et ça fait froid dans le dos…
Imaginez que notre Superman existe vraiment. Et puis qu’il soit américain aussi (évidement). Serait ce une vrai alternative à la course aux armements nucléaire ? Un atout que les autres puissances ne pourraient rejeter… C’est le cas dans Watchmen avec le Dr. Manhatan ! Et même si c’est plus difficile à imaginer dans la vie, la vrai, je reste persuadé que la politique en ferait son dada de la même façon que Alan Moore à voulu l’exprimer dans son oeuvre.

Et puis Watchmen, c’est aussi un hommage et un amour aux premiers comics. Ceux de l’âge d’or. Les personnages sont imprégnés de cette vibrante période prolifique en terme d’imagination culturelle. L’un des meilleurs dans le style est le Hibou, le premier. Me rappelant aussi les BD Italiennes de mon père du genre Bleck, Zembla, Capitaine Swing et d’autres. Supra vintage et terriblement charmant. Mais mon préféré est assurément Rorschach. Justicier clairement de droite, expéditif et tellement triste. Une vie terrible. Il en reste un mec complément malade mais droit dans ses convictions. Il est tellement éloigné de nos super héros qu’il en est l’anti thèse complète. Ce qui est effrayant, c’est qu’il est aussi très proche de la réalité. Je veux dire, notre vie la vrai est palpable dans ce personnage. Si un tel justicier devait exister, Rorschach en serait le plus proche je pense. Parce qu’il ne peux y avoir que des extrémistes pour ainsi passer à l’action, je pense. Mais cette idée me fait aussi froid dans le dos…

Et finissons tout ça par le film de Snyder. Brillant parce que fidèle à la moindre planche du comics. J’ai eu l’occasion de mater le Director’s Cut qui rajoute plus d’une heure de scènes coupés pour le cinéma. Ce qui ramène le film à 3h30 de projection. Et c’est un moment incroyable de voir tout cet univers bouger. Comme un monde parallèle au notre.
Et puis pour me lobotomiser encore plus le cerveau, j’ai pris un grand plaisir à décortiquer les suppléments du comics présent dans l’édition de Urban Comics. Des bonus sous forme de journaux d’époque, de lettres manuscrites, d’extrait de roman, ajoutant plus de valeur à l’univers du comic. Cela m’a permis de comprendre beaucoup plus de chose et de faire un lien avec énormément d’éléments.

Watchmen est une oeuvre tellement dense, tellement riche que l’on n’en sort pas indemne. Plonger dedans demande du temps, et de regarder un peu plus loin que les dessins de Gibbons (magiques au passage). Une oeuvre complète qui à profondément changer l’industrie du comics. Maintenant, je comprend mieux pourquoi. Attention cependant, il faut bien avouer que le comics ne laisse peu de place à l’optimisme. Il faut donc l’apprécier ainsi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s